Inventaire
Site en anglais
GOSSELAIN Olivier



Unités


ReSIC : Centre de recherche en Information et Communication

Le ReSIC s'attache au champ vaste et polymorphe des sciences de l'information et de la communication. Les recherches qui y sont menées explorent, d'une part, les contenus, les fonctionnements et les évolutions, anciens et récents, des médias d'information et de la communication; elles portent, d'autre part, sur la communication organisationnelle, les relations publiques et le marketing, avec une attention particulière aux nouveaux outils et technologies et leur impact sur les dynamiques des réseaux. Un troisième axe réside dans l'analyse de l'utilisation de l'information numérique, de son organisation et de sa gestion dans les mécanismes de partage des connaissances, de conservation, de classement et de transmission des données.  Enfin, des recherches sont menées dans le domaine de la sémiotique générale et de la sémiologie du spectacle vivant, particulièrement la réception spectatorielle et les études des publics.  Investis dans plusieurs projets de recherche-action autour de la culture, des médias et des technologies, les chercheurs du ReSIC ancrent leurs travaux dans des échanges permanents avec la société civile, les milieux journalistiques professionnels, les organisations et les industries économiques et culturelles.  

Centre de Recherches en Archéologie et Patrimoine - CReA-Patrimoine

Responsable d'Unité : Oui

Le CReA-Patrimoine fédère l'ensemble des programmes de recherche de l'Université libre de Bruxelles dans les domaines de l'archéologie et du patrimoine, tant en Belgique qu'à l'étranger. Il assure la formation pratique des étudiants à l'archéologie de terrain et constitue l'interlocuteur privilégié des pouvoirs publics en charge du patrimoine.

Centre d'anthropologie culturelle

Responsable d'Unité : Oui

Le Centre d'Anthropologie Culturelle (CAC) de l'ULB est spécialisé dans les domaines de l'anthropologie religieuse, de l'anthropologie de l'environnement, de l'anthropologie historique, de la technologie culturelle et de l'étude des cultures matérielles. Ses terrains d'enquête sont localisés principalement en Afrique, en Asie et en Amérique du sud, tant dans le monde rural qu'en milieu urbain. 

Projets


Entrepreneuriat indigène en Afrique du Sud et le Zimbabwe : la politique et la pratique. Doctorant : Ndivhuho TSHIKOVHI. Direction : O. GOSSELAIN

In several African states, the discussion about economic empowerment of indigenous people forms an integral part of most policy discussions. With indigenous peoples economic circumstances not improving in South Africa and Zimbabwe, in particular, it would be reasonable to investigate the existing economic empowerment policies in both countries. The evolvement of economic empowerment policies is worth investigating particularly looking at how they have benefited indigenous communities entrepreneurially. It is evident that colonialism in Africa left significant wounds through skewed land and business ownership, uneven education systems and unequal opportunities in employment and business. The apartheid system in pre-independence South Africa used tailored legislation and governance systems to dispossess natives of their land, train Africans for certain forms of labour through Bantu education and ensured Afrikaner economic empowerment and racial dominance over non-whites. The same could be argued for the colonial government in Zimbabwe which relegated indigenous people to poor agricultural land (reserves), and controlled the provision of education to ensure that the missionaries would not 'over educate' the indigenous people. Policies such as Broad-Based Black Economic Empowerment (BBBEE) in South Africa and Indigenisation and Economic Empowerment (IEE) in Zimbabwe have been in place for several years now. The question of this study, however is whether these policies have any impact on the designated indigenous entrepreneurship practice and if so, what impact is there? If not, where is the challenge and how can they be addressed? Qualitative research methods in a form of in-depth interviews and observations will be adopted, in a purposive sampled population of indigenous entrepreneurs in South Africa and Zimbabwe. The definition of indigenous people used in this study will follow the guidelines stipulated by the ACHPR in defining the rights of indigenous peoples in Africa.

Atlas des traditions céramiques du Niger

Le projet vise à documenter de façon exhaustive et reconstituer l'histoire des traditions céramiques du Niger. La démarche repose sur des enquêtes systématiques dans les centres de production de poterie du pays, afin de (1) caractériser les chaînes opératoires et le contexte socio-économique dans lequel se déroule l'activité, (2) reconstituer les circuits et les processus de propagation des traditions et (3) collecter des matériaux, des outils et des produits finis. Le travail de terrain permet parallèlement de faire le lien entre les deux régions dans lesquelles l'ULB a entrepris des recherches depuis une quinzaine d'années : partie occidentale de l'Afrique de l'Ouest et partie occidentale de l'Afrique Centrale. Le projet répond également à la demande des autorités scientifiques et politiques du Niger qui souhaitent que l'on valorise le patrimoine céramique du pays. 

Des graines aux chiffons: Production textile à Dendi et Borgou (Nord Bénin).

Le projet vise principalement à documenter la production de tissus de coton au Nord Bénin, des activités de culture du coton à la production de fil (égrenage, cardage, filature), en passant par le tissage sur métier à tisser vertical, la teinture à l'indigo et la couture. L'une des zones cibles est le Dendi (le long de la rive sud du fleuve Niger) où les connaissances techniques sont particulièrement menacées. À des fins documentaires et comparatives, des travaux de terrain seront également menés plus au sud, à Borgou - la deuxième zone cible -, où survivent encore des parties de l'ensemble de la séquence de production textile.


''Une histoire à hauteur de femmes.  Approche des techniques et de la culture matérielle dans les activités féminines de la région du Dendi (Nord Bénin) de la fin du 19e siècle à nos jours.'' Doctorat : Lucie SMOLDEREN. Direction O. GOSSELAIN

Le projet porte sur l'histoire des femmes de la partie méridionale du Dendi (vallée du Niger, Nord Bénin). Absentes des narrations traditionnelles et officielles, la place et la voix des femmes durant les bouleversements socio-économiques qu'a connus la région entre la fin des 19e et 20e siècles (islamisation, colonisation, indépendance, révolution marxiste) restent inconnues.  L'objectif du projet est de mettre en place une méthode adaptée à la reconstruction de l'histoire récente d'un groupe ''cible'' marginalisé. Reposant sur les acquis de la technologie culturelle, ma démarche vise à exploiter la culture matérielle et les techniques comme sources historiques alternatives dans deux contextes d'observation. Le premier porte sur les activités quotidiennes (ménagères, commerciales, agricoles), le second porte sur les activités cérémonielles (initiation, mariage, possession). Pour chacune de ces sphères, les processus techniques constitutifs des diverses activités seront identifiés : les acteurs et les rapports sociaux, les matériaux, les outils et objets, les gestes, et les représentations mobilisés. Une telle analyse permet, ensuite, une étude comparative multiscalaire. Pour entrer dans la diachronie, cette perspective analytique et comparative sera mise en relation avec la trajectoire de vie des informatrices.  Tout en contribuant à combler les lacunes documentaires sur l'histoire, encore mal connue, de cette région d'Afrique de l'Ouest, le projet participe au renouvellement des objets et des méthodes de recherches historiques sur les groupes marginalisés.

L'art rupestre nord-africain sous un nouveau jour: une paléosociologie des derniers chasseurs-cueilleurs et premiers pasteurs

En Afrique du Nord, des centaines de sites d’art rupestre situés dans des zones désertiques témoignent de l’occupation du soi-disant «Sahara vert», alors que les conditions paléoenvironnementales étaient plus favorables à l’établissement et aux activités humaines. Malgré une longue tradition de recherche, le plus frappant est que personne n'a étudié le potentiel de ce corpus d'art rupestre pour nous parler de considérations sociales et anthropologiques. Le but du projet de recherche NARA-PalSoc est d'étudier les représentations de groupes humains avec des questions sur (1) les relations humaines, (2) les organisations sociales et (3) les activités de subsistance et les visions du monde. Le projet propose d'utiliser ce corpus de données sous-utilisé afin d'élaborer ce que l'on pourrait appeler une «paléosociologie» des derniers chasseurs-cueilleurs et des premiers groupes de pasteurs en Afrique du Nord et pour une meilleure compréhension des dynamiques sociales à la fois des changements majeurs dans les modes de vie.


CROSSROADS - Crossroads of empires : archaeology, material culture and sociopolitical relationships in West Africa

Le projet réunit une équipe d'archéologues, historiens et anthropologues qui étudient la vallée du Niger, à la frontière du Niger et du Bénin (Afrique de l'Ouest) qui espère faire la lumière sur les personnes qui ont habité la région au cours des 1500 dernières années et de comprendre comment les mouvements de population et des techniques artisanales du passé se sont formées dans la région.